• Breaking News

    mercredi 7 novembre 2018

    Maison Tiskiwin

    BERT FLINT


    Le Musée Tiskiwin a été fondé par Bert Flint, qui est né en 1931 au Pays Bas où il a fait ses études en langue et littérature espagnoles à l’Université d’Utrecht.

    Une visite à l’Alhambra de Grenade a éveillé en lui un vif intérêt pour l’Histoire de l’Espagne musulmane et la civilisation d’Al Andalous. – Lors de son premier voyage au Maroc en 1954, il a pu voir que l’architecture et la décoration intérieure de nombreuses demeures privées dans les villes anciennes de ce pays se rattachent à la même tradition artistique que celle qui a inspiré l’art de l’Alhambra. Plus étonnant pour lui a été de constater que les habitants de ces maisons mènent une vie dans laquelle la quête quotidienne de la beauté dans la présentation et de l’élégance dans le geste paraît le but même de l’existence.

    La tradition andalouse comme elle est encore vécue au Maroc s’est révèle alors à Flint comme un modèle de vie et il a décidé de s’installer à Marrakech (1957) afin de s’initier dans les différents aspects de cette tradition citadine si parfaite. Paradoxalement, cependant, ce sont les manifestations visuelles et musicales du monde rural marocain qui ont progressivement retenu son attention et qui ont finalement exercé une telle attraction sur sa sensibilité artistique qu’il s’est converti d’un amoureux nostalgique de la tradition citadine héritée d’Al Andalous en défenseur passionné de la culture rurale marocaine. Dans plusieurs aspects de celle-ci, il a reconnu les liens profonds qui unissent le Maroc au monde saharien et au continent africain.

    Pour mieux comprendre ces liens, il a concentré ses recherches, ces derniers années, sur la culture matérielle des populations de la Diaspora Saharienne en s’appuyant sur des objets de sa collection personnelle qui englobe tout le Nord Ouest Africain et qui concerne plus spécialement le domaine de l’Art de la Parure.

    EXPOSITION

    Un voyage à travers le Sahara,

     de Marrakech à Tombouctou

    L’exposition permanente est conçue sous forme d’un voyage sur les anciennes pistes caravanières reliant l’Afrique du Nord au Sahel. Elle a pour thème et fil conducteur l’Art de la Parure.

    Sur l’itinéraire suivi le visiteur voyageur rencontre les différentes populations à des moments de leur vie sociale –festivités, marchés hebdomadaires – quand chaque individu s’occupe plus particulièrement de l’image qu’il veut donner de lui même. Il le fait principalement à l’aide de soins corporels et de parures. Celles-ci font partie d’un langage codifié qui renseigne sur l’appartenance « tribale » et le statut social de celui qui les porte, mais laisse à l’individu une marge de liberté qui lui permet d’affirmer sa personnalité.

    L’étude des formes et des techniques utilisées dans les parures révèle souvent des aspects de l’Histoire de ces populations que ni les sources écrites ni les traditions orales ne mentionnent.

    A chacune des dix étapes sont présentés également des objets ou éléments d’architecture qui font partie de la décoration intérieure de l’habitat. La forme de celui-ci est déterminée par le genre de vie des habitants (nomade ou sédentaire)

    Les matériaux pour la réalisation des objets ou la construction de l’habitat sont souvent les produits de l’agriculture et de l’élevage (cuir, laine, tiges de mil), à coté de matériaux pris dans l’environnement naturel.

    PUBLICATIONS

    LA CULTURE AFRO-BERBÈRE 

    de tradition néolithique saharienne en Afrique du Nord et dans les pays du Sahel

    « La tradition andalouse comme elle est encore vécue au Maroc s’est révélée alors à Flint comme un modèle de vie. Il décide en 1957 de s’installer à Marrakech afin de s’initier aux différents aspects de cette tradition citadine.

    Mais il va plus loin encore puisqu’il a reconnu les liens profonds qui unissent le Maroc au monde saharien et au continent africain. En effet, il est un des premiers à avoir fait la promotion du patrimoine rural et berbère du Maroc, comme il est un des premiers à s’être intéressé à la culture matérielle des populations de la diaspora saharienne. » Pierre Bergé

    Disponible au Musée Tiskiwin, au Jardin Majorelle et au

    musée YVES SAINT LAURENT marrakech (April 2018).

    Text Culture Afro Berbere

    AFRICAN-BERBER CULTURE 

    neolithic traditions of the Sahara in North Africa and the Sahel region

    “The Andalusian tradition as it is still lived in Morocco appeared then to Flint as a model way of life. In 1957 he decided to move to Marrakech to embark on various aspects of life in this city…

    But he was to journey further before realising the profound links that unite Morocco with the world of the Sahara and the African continent. Flint was in fact one of the first to have promoted the rural and Berber heritage of Morocco, just as he was one of the first to become interested in the material culture of the populations of the Saharan diaspora.” Pierre Bergé

    Available at Museum Tiskiwin, Jardin Majorelle and musée YVES SAINT LAURENT Marrakech.

     (December 2018)

    INFORMATIONS PRATIQUE

    Adresse : Musée Tiskiwin 8, Rue de la Bahia Marrakech 

    Horaires : Le musée est ouvert chaque jour 9h à 12h30 14h30 à 18h 

    Prix d’entree : Adultes : 30dh

    Enregistrer un commentaire

    Organiser un voyage

    Booking.com

    Advertisement

    Découvrez vite plus de 54 façons de gagner de l'argent sur internet

    Guide Marrakech

    Send Quick Message

    Nom

    E-mail *

    Message *